CONNEXION ADHÉRENT

Génération à domicile signe le 1er CPOM Territorial à titre expérimental avec le Département de la Gironde pour 3 ans.

Fruit de la dynamique de coopération au sein de Cap Solidaire, Génération à Domicile est un pôle de compétences mutualisées en GPEC-RH, née en juillet 2017 d’une volonté commune de collaboration de quatre acteurs importants des services à la personne (AADP – la Fédération ADMR de la Gironde – Aide@Venir – Sudgimad), qui œuvre au développement, à la professionnalisation et à la pérennisation des emplois sur le territoire du Sud-Gironde. Elle s’est engagée, en novembre dernier, dans un Contrat Pluriannuel d’Objectifs et de Moyens avec le Département de la Gironde financé par les fonds de la CNSA (Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie).

Quelle était la volonté du Département à travers cette démarche ?

Xavier LABAOU, Chef du service de la vie à domicile, Direction des Actions pour l’Autonomie du Conseil Départemental de la Gironde : Le Département souhaitait mettre en place une plateforme de proximité pour faciliter la vie des habitants du Sud-Gironde afin de les accompagner dans leur souhait de vivre à domicile. Ce guichet unique à destination des personnes âgées, des personnes handicapées et de leurs aidants mobilise les acteurs locaux qui unissent ainsi leurs compétences pour apporter une meilleure réponse.
Le Département a donc décidé de rassembler ces services d’aide à domicile en utilisant l’outil du CPOM Territorial, traduction d’une politique départementale forte menée en faveur d’une société inclusive à l’échelle des territoires girondins replaçant l’usager au cœur du dispositif.

En quoi consiste un CPOM Territorial ?

Xavier LABAOU : L’aide à domicile relève de la compétence du Département qui a souhaité qu’un travail soit mené, à l’échelle d’un territoire, afin de développer l’information auprès des bénéficiaires de l’APA et de la PCH, garantir l’exercice de leurs droits, promouvoir les métiers et améliorer les conditions de travail dans le secteur de l’aide à domicile.
L’objectif est de porter des améliorations significatives pour le public en consolidant la filière du maintien à domicile. L’objectif final est de proposer une offre inclusive et intégrée aux publics fragiles réduisant les risques de rupture dans les parcours.
Afin de travailler à la conception d’un « nouveau logiciel » pour le développement de l’autonomie à domicile en Sud Gironde, le Département a souhaité consulter les principaux SAAD du territoire de solidarité et de santé du Sud Gironde dans l’objectif de définir un projet de territoire et de progrès et les conditions de sa mise en œuvre.
Le secteur doit évoluer en organisant une meilleure information aux usagers et un accompagnement complet et de qualité. La bonne solution d’accompagnement passe par une offre de services intégrée qui doit comprendre la réponse soignante, l’accompagnement nécessaire pour la réalisation des actes de la vie quotidienne, les possibilités d’adaptation du domicile, les solutions techniques d’assistance et de vigilance (domotique, téléassistance…), un travail sur la prévention des fragilités et la considération des besoins des aidants notamment de répit.
Le Département s’est donc positionné avec la CNSA au soutien de Génération à domicile dans le cadre d’un contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens inter-SAAD à l’échelle d’un territoire de solidarité.
Le projet constitue une table de concertation et de réflexion autour des problématiques persistantes du secteur de l’aide à domicile s’agissant des difficultés économiques, des métiers, des droits et des parcours des bénéficiaires, de la prévention de la dépendance et de l’approche des aidants.

Le travail consiste à reconnaître et respecter les spécificités du territoire par la participation des acteurs qui ont, par leur action de proximité, une grande légitimité à déterminer les caractéristiques remarquables de ce territoire, ses atouts et ses contraintes éventuelles.

Le travail est de déterminer un cadre opérationnel et coopératif nouveau qui doit permettre de réduire les difficultés endogènes du secteur des SAAD de mailler le territoire, de consolider les services, de réguler et structurer l’offre.
Le CPOM Territorial des acteurs de Génération à Domicile est un outil qui transcendance le statut individuel des SAAD, il est de prime abord une expérimentation et un temps d’ingénierie pour définir concrètement la manière d’appréhender et d’accompagner les vulnérabilités à domicile.
Le CPOM Territorial donne voix au chapitre aux gestionnaires de SAAD pour définir et réaliser les évolutions nécessaires de leur secteur.
Il est un vecteur de convergence sur les accords de base qui doivent consolider le secteur. Il a vocation à être un outil de cohérence et de lisibilité pour réaliser un modèle performant en réponse à un secteur de l’aide à domicile complexe et atomisé. Le CPOM Territorial est le terrain des accords entre les opérateurs du champ de l’aide humaine à domicile et leurs autorités de financement et de contrôle.
C’est l’intention d’additionner les forces sur un territoire en partant de ses besoins et de ses atouts.
Le CPOM Territorial est pour le Département de la Gironde un outil de simplification, de cohérence qui place les professionnels du domicile et les personnes qui vivent leur autonomie au cœur de la démarche.

Pourquoi avez-vous souhaité le faire porter par Génération à Domicile ?

Xavier LABAOU : Génération à Domicile regroupe quatre membres tous gestionnaires d’une activité d’aide humaine autorisée par le Département pour la vie à domicile et l’accompagnement des personnes avançant en âge ou bénéficiant d’un plan personnalisé de compensation.

L’association a, dans son ADN et son objet, une volonté essentielle de déployer une stratégie pour les métiers dans le champ de l’aide à domicile. Elle porte d’autres objectifs, mais celui des parcours professionnels, de l’accompagnement de ses femmes et hommes engagés avec volonté et souvent conviction sur des missions profondément humaines, exaltantes pour la solidarité qu’elles portent, est crucial.

Il faut donner aux professionnels intervenants à domicile, fer de lance du déploiement des solidarités, du lien social et du maintien de conditions de vie heureuses et dignes, les moyens d’exercer leurs missions dans des conditions qui les encouragent et les maintiennent en confiance.

La question de la reconnaissance de leur importance, de leur niveau de formation et des temps d’écoute qui leur sont consacrés est au cœur des préoccupations qu’il faut avoir sur ces métiers.

L’enjeu de leur offrir des perspectives de carrières, de prévenir ou traiter leurs difficultés est aussi une clef pour redorer le blason d’une filière d’emplois infiniment importante.

La question enfin, de la valorisation salariale est aussi sur la table même si elle dépasse les seules compétences du Département et participe en premier lieu des accords de branche.

La démarche pro active de Génération à Domicile sur les métiers en faveur de plus de 1 200 salariés, son grand dynamisme et sa capacité à fédérer des SAAD et de nombreux partenaires institutionnels dont la Région (au cœur des formations et des pratiques professionnelles) a retenu toute l’attention du Département qui souhaite modéliser un socle d’actions et de formation en faveur des Girondines et des Girondins travaillant dans le champ de l’aide humaine.

Quels sont les enjeux de ce CPOM-T ?

Xavier LABAOU : Les enjeux du CPOM-T sont multiples, ils sont marqués du sceau de l’intérêt général. On y retrouve le pouvoir d’agir des personnes vulnérables, l’enrichissement et la cohérence des réponses de soutien qui jalonnent leur parcours. On y retrouve la nécessité de fonder une stratégie efficace pour les professionnels toute la reconnaissance légitime au sens complet de sa définition qui leur est due mais que l’on ne cultive pas assez aujourd’hui. Le CPOM-T porte un enjeu de service public en déterminant les conditions de répondre à tous les besoins sur tout son territoire d’actions.

Le CPOM-T porte un enjeu d’ouverture et d’addition des efforts. Aujourd’hui, trop d’initiatives fussent-elles bonnes et pertinentes ne portent pas parce qu’elles sont trop confidentielles, qu’elles n’empruntent pars les bons réseaux. Les moyens en termes d’argent public ou de fonds sociaux d’organismes de prévoyance éclatent et peuvent saupoudrer les projets sans les lancer complètement.
Le CPOM-T porte donc cette ambition de convergence. La dynamique de Génération à Domicile, avant même que l’on signe le CPOM-T, a démontré que le projet fédérait et qu’il pouvait porter des résultats vraiment ambitieux. Le Département souhaite que la dynamique se poursuive et que l’on enfonce le clou en partageant entre les acteurs une méthode commune favorable aux métiers et aux parcours de vie.

Cette ouverture, le Département va la mener avec ses partenaires privilégiés, l’Agence Régionale de Santé et la Région pour que le CPOM-T génère la simplification, l’optimisation et la lisibilité par les synergies entre services d’une même cause. Pour l’heure, au cœur du réacteur du CPOM-T, il y a des SAAD, demain nous souhaitons l’ouverture à l’EHPAD et toutes ses ressources, aux SAMSAH et une combinaison efficace avec les unités de coordination de parcours de vie que l’on trouve sur les territoires.

Le CPOM-T est le mécanisme pour définir une réponse complète, humaine et efficace aux besoins de toutes les personnes accompagnées. Il y a véritablement cet enjeu de simplification et de lisibilité, de bon sens dans la combinaison des actions de tous les opérateurs dès lors que l’intérêt collectif est évident.

Comment va s’articuler la collaboration entre le Département et Génération à Domicile ?

Génération à Domicile a les caractéristiques précédemment évoquées mais pour le Département le dispositif doit prendre progressivement plus d’essor en rattachant des compétences et des forces complémentaires, cela a été dit celles des SAMSAH, des EHPAD, … dont certains se sont déclarés très favorables à combiner leurs moyens avec ceux des membres actuels de Génération à Domicile. D’autres administrations également favorables à la démarche sont sur la ligne de départ pour raisonner parcours global. Le CPOM-T est le socle pour casser les silos sur les terrains où les intérêts se rencontrent. On parle ici d’intérêt général.

Par suite, il ne faut pas évoquer une collaboration entre Génération à Domicile et le Département, il faut parler d’un portage multidimensionnel sous forme d’une instance d’orientation et de régulation des actions du CPOM-T qui associera l’expression des bénéficiaires, la volonté des élus du territoire, les axes stratégiques partagés par les partenaires institutionnels, les métiers. C’est sous la forme d’une telle instance qui doit rapidement être mise en place que le projet prendra toute sa dimension et son sens et portera les objectifs que l’on souhaite.

Quelles sont vos attentes vis-à-vis de Génération à Domicile ?

Par principe et comme beaucoup a déjà été dit jusqu’ici, l’attente est simple, que « Génération à Domicile » confirme qu’elle est, avec son CPOM-T, l’interface pour faciliter le vivre à domicile des personnes âgées et des personnes handicapées du Sud-Gironde en élargissant les réponses et en développant de nouvelles innovations. Il faut également que des mesures concrètes aboutissent pour l’emploi et la qualité d’accompagnement que l’on doit aux personnes vulnérables. Les attentes sont donc fortes.

Qu’est ce qui a motivé les structures membres de Génération à Domicile à s’engager dans le ce CPOM-T ?

Céline MANO, Vice-présidente de Génération à Domicile et David LE NORCY, Président de Génération à Domicile : Malgré la diversité de nos structures de par leur statut, leur taille et leur mode d’organisation, nous avons pour autant constaté des problématiques communes (une filière sous tension, des difficultés financières croissantes et des problématiques de recrutement). Depuis 2015, au sein de Cap Solidaire, nous avons appris à nous connaitre et comprendre nos besoins communs. La dynamique commune a ainsi donné lieu à la création de Génération à Domicile – Pôle de compétences Emplois et GPEC de l’aide à domicile – en juillet 2017. Nos premières actions en partenariat avec la Région Nouvelle-Aquitaine et AG2R LA MONDIALE ont été le ciment de cette coopération. Cette dynamique collective a fait écho aux réflexions déjà engagées autour de notre secteur d’activité par le Département de la Gironde. Elle a été l’opportunité de concrétiser des possibilités de réponse pour définir des axes d’amélioration collectifs autour de la mise en place d’un Contrat Pluriannuel d’Objectifs et de Moyens sur le Territoire (CPOM-T) du Pôle Territorial du Sud-Gironde.

Quels sont les axes et les actions sur lesquels vous allez travailler ?

Céline MANO et David LE NORCY : Les actions du CPOM-T sont sur trois axes. Le premier consiste à faciliter le parcours de vie des bénéficiaires en développant un mode d’accueil lisible et coordonné, en ayant une traçabilité de leur parcours et en améliorant la qualité de prise en charge. Le second vise à améliorer et à renforcer la coordination des acteurs du médico-social en développant une offre d’interventions et en définissant une charte de qualité commune. Le dernier porte sur l’assurance d’une qualité de services via la professionnalisation des salariés, la construction d’une ingénierie de formation mutualisées et coordonnées mais aussi la structuration d’une filière locale dans la durée et la création d’espaces d’échanges entre les professionnels. Ce troisième axe est l’ADN de Génération à Domicile.

Quels sont les résultats attendus pour les quatre structures membres de Génération à Domicile ?

Notre but est de rendre à notre secteur d’activité son attractivité et de pérenniser nos structures. Il faut être en capacité de soutenir l’évolution de nos métiers, faire face aux évolutions permanentes des besoins et de la règlementation du secteur, de développer notre offre de services et de repenser collectivement nos pratiques.

La professionnalisation et le bien-être de nos salariés sont essentiels pour y parvenir. Il s’agira de réussir à optimiser, mutualiser et développer notre offre de formation, d’élargir et d’enrichir le champ des compétences par des actions innovantes et de structurer des parcours de formation.

Pour nos bénéficiaires, notre objectif est d’améliorer nos formes d’accompagnement, de prise en charge et de réduire les disparités en fonction des territoires. Cela passera aussi par une meilleure collaboration des professionnels du sanitaire et du social mais également des acteurs publics, institutionnels et économiques du Sud-Gironde sur des emplois de services non-délocalisables.

Fermer le menu