CONNEXION ADHÉRENT
  • Post Category:Le réseau

Au niveau macro ? La problématique de la mobilité en Sud-Gironde. À l’échelle micro ? Les difficultés que rencontrent les personnes fragiles à obtenir leur permis de conduire. Le dispositif solidaire pour agir à deux niveaux ? L’auto-école sociale !

Compréhension des panneaux, calculs, coordination cognitive… Nombreuses sont les informations à assimiler pour décrocher le célèbre papier (aujourd’hui plastifié) rose. Un apprentissage qui prend rapidement des allures de parcours du combattant lorsqu’illettrisme, soucis de motricité ou financement viennent s’y greffer. Pour ces publics, obtenir le diplôme n’a rien de chimérique : la préparation à l’examen demandera seulement plus de temps. Et comme le temps, c’est de l’argent, l’auto-école Bouger c’est Permis a décidé d’investir ! Depuis 11 ans, elle investit dans l’humain.

UN INVESTISSEMENT CITOYEN

La notion d’investissement implique celle de profit. L’unique bénéfice que retire Bouger c’est Permis ce quantifie en une trentaine de vies transformées chaque année, de carrières lancées, d’émancipations impulsées. Avec un budget de 50 000€ à l’année, l’auto-école s’autofinance grâce aux subventions des usager.e.s. Explications : les élèves qui entrent à l’auto-école sociale sont subventionné.e.s (par la région, le département, les communes…). Ils.elles financent alors leur permis en partie grâce à ces aides et avec leurs ressources personnelles. Le montant global de l’inscription permet ainsi à l’auto-école de prendre en charge le salaire de Karine, la monitrice, la location de la voiture et tous les autres frais inhérents (boitiers de codes, vidéoprojecteurs…).

UNE RÉUSSITE COLLECTIVE

Hébergée par la Mission Locale Sud-Gironde, l’association s’appuie sur d’autres acteurs de l’économie sociale et solidaire présents sur le territoire pour étendre la portée de sa démarche d’insertion. Un partenariat est établi avec l’Association Départementale les Amis du Voyage de la Gironde (ADAV33) à Toulenne où se déroule les cours de code. Le réseau d’éducation pour la santé RESAIDA de Caudrot intervient régulièrement pour sensibiliser les élèves aux risques liés aux addictions. Le Groupe Vinci Autoroute lui, leur ouvre les portes du poste de contrôle de la gare de péage de Langon. Un moyen efficace de prendre conscience des comportements dangereux des conducteurs et conductrices. Et sans oublier le travail de concert avec Cap Solidaire qui, depuis sa plateforme de mobilité, traite les prescriptions des futur.e.s candidat.e.s.

Fermer le menu